Vidéos choisies

Holiday Out

 2024 / DCI 4K / 10:45

En Californie, environ 172 000 personnes sont sans abri, soit 30 % du total du pays, même si cet état ne représente que 12 % de la population des États-Unis. Le manque de logements abordables, les problèmes de santé mentale et la consommation de drogues, sont les causes principales de cette crise sociale. Cette détresse humaine est partout de nos jours, mais elle est loin d’être banale. J’ai rencontré quelques personnes itinérantes lors de mon passage dans la ville de El Centro et elles ont bien voulu que je les filme. J’ai capté quelques moments de leur vie quotidienne, aux abords l’autoroute 8 et du désert de Sonora.

Borderland

 2024 / DCI 4K / 11:30

Au début du mois de janvier 2024, je me rends au sud de la Californie pour filmer les territoires frontaliers. À Jacumba Hot Springs, le mur est discontinu en raison du relief montagneux et accidenté; ils sont de plus en plus nombreux à traverser clandestinement à cet endroit. De part et d’autres de cette poreuse barrière, les patrouilles frontalières semblent débordées. Je croise un groupe de migrants, constitué surtout de jeunes hommes, puis je découvre deux camps temporaires. Ils proviennent d’Amérique latine, mais aussi de Chine et du Pakistan. Crise migratoire? Refugiés climatiques?… Ici les cartels s’occupent d’un lucratif trafic d’êtres humains, leur vendant un rêve américain plutôt incertain.

Patsiata
phantom
of dust

 2023 / DCI 4K / 11:00

Le lac Owens se trouve au pied du versant oriental de la Sierra Nevada, chaîne de montagnes du sud-est de la Californie. Les tribus Païutes l’avaient nommé Patsiata. Au début du 20e siècle, ce plan d’eau couvrait une superficie de 280 kilomètres carrés et avait une profondeur moyenne de douze mètres. Les premiers explorateurs de la région rapportent qu’il soutenait une abondante vie aquatique. L’irrigation agricole puis le détournement de la rivière Owens vers l’aqueduc de Los Angeles en 1913 firent progressivement baisser son niveau jusqu’à son assèchement complet. Le lac se transforma en une vaste plaine aride et désolée; lorsque les vents du désert soufflaient sur les alluvions de soude séchées, d’immenses nuages de poussière s’y formaient. Les tempêtes de sable devinrent un problème, les particules toxiques causant des affections respiratoires chez les habitants. Pour les contrôler, on dut étendre du gravier dans le bassin et humecter les sédiments. De nos jours, près de la moitié de l’eau de l’aqueduc est redirigée vers le lac Owens pour revégétaliser les argiles lacustres et restaurer les écosystèmes dégradés; on y aménage aussi des étangs pour les oiseaux migrateurs.

Dollar Tree

 2022 / DCI 4K / 05:00

Dollar Tree est une courte réflexion sur les thèmes de la consommation, de la pollution et de la pauvreté. Cette vidéo a été filmée dans une décharge publique de la Réserve indienne de San Carlos, en Arizona, l’une des communautés amérindiennes les plus pauvres des États-Unis. L’oeuvre s’intéresse surtout au problème de la pollution par le plastique. Largement distribués dans les magasins et les supermarchés, les sacs plastiques ont un effet néfaste sur l’environnement. On en retrouve un peu partout, car ils s’envolent facilement, s’accumulent sur le bord des routes et dans les cours d’eau. Ils sont déversés en quantité dans des décharges qui occupent de vastes terres et il faut des années pour qu’ils se décomposent. Les déchets de sacs en plastique représentent aussi un danger pour la santé animale puisque les animaux les confondent souvent avec de la nourriture et les consomment, bloquant ainsi leurs processus digestifs.

Anomie

 2021 / HD / 17:45

Cette œuvre est inspirée par les bouleversements liés à la pandémie de COVID-19. Elle concerne aussi les dérives du capitalisme, qui nous ont fait entrer dans une ère instable et incertaine. Les politiques néolibérales et la mondialisation financière ont exacerbé les inégalités sociales que nous connaissons aujourd’hui. Comme le titre l’indique, la vidéo explore la notion d’anomie – dans son acception la plus large –, développée par Durkheim. Ce concept définit l’état d’une société caractérisée par la désintégration ou la disparition des valeurs et des normes communes. Les périodes d’anomie sont chaotiques et souvent conflictuelles. Elles produisent chez les humains un sentiment de déconnexion, d’aliénation, de dévalorisation et d’inutilité. Il en résulte un état de dérangement social qui peut engendrer désespoir et déviance. La pandémie actuelle a transformé nos rituels individuels et collectifs. Les mesures de distanciation sociale imposées par nos gouvernements ont altéré plusieurs aspects de notre vivre-ensemble. Ces changements seront-ils irréversibles et quelles seront leurs répercussions sociétales? Au lendemain de cette crise sanitaire, vivrons-nous une forme d’anomie?

Between wind and water

 2020 / HD / 11:50

Cette vidéo s’intéresse aux paysages artificiels et aux effets de l’intervention humaine sur l’environnement. L’œuvre met en parallèle les terrains de golf luxuriants de Palm Desert et les paysages désolés entourant la Salton Sea. Elle porte un regard critique sur la façon dont l’eau est utilisée en Californie, où les droits d’utilisation de l’eau sont parmi les problèmes politiques qui divisent le plus cet état.

Fragile Dream

 2019 / HD / 20:00 

Cette vidéo a été filmée en Australie dans la région de Greater Blue Mountain, un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le titre fait référence au « temps du rêve » le thème central de la culture des aborigènes. Dans leur conception du monde, toutes les formes de vies font partie d’un système d’interactions dynamiques et complexes. Terre, hommes, animaux et plantes ne sont que des parties d’un même tout.

Adrift

2019 / HD / 23:25

Cette œuvre expérimentale poursuit une recherche amorcée avec la vidéo Castaway (2012) et a été filmée dans les eaux incertaines du cimetière de bateaux de Staten Island, dans l’État de New York. Situés près de l’ancien dépotoir Fresh Kill, ces rivages toxiques ont été affectés par les inondations, l’érosion du littoral et par l’Ouragan Sandy.

Desert Shores

2016 / HD / 36:00

Jadis un site touristique très prisé et un paradis pour les amateurs de pêche, la région de Salton Sea nous renvoie aujourd’hui une autre image, bien différente et peu reluisante: celle d’une nation plus divisée et inégale que jamais. Ces paysages désenchantés sont à l’image de cette Amérique perdue, d’une ère où tout semblait possible et accessible pour tous les citoyens. Ils sont semblables à ces autres zones de grande pauvreté que l’on retrouve à travers les États-Unis, une sorte de tiers monde de l’Amérique, où les plus démunis habitent, faute de mieux.

Mirages

2014 / HD / 09:50

Mirages a été filmée dans un développement domiciliaire de la Rive-Sud de Montréal et dans les terres agricoles avoisinantes. Nous sommes progressivement transportés d’un site à l’autre, passant d’une plaine fertile à un chantier désolé. Des espaces transitoires apparaissent, des lieux éphémères s’aménagent; ces métamorphoses évoquent l’étalement urbain qui remplace la vie rurale par celle de la banlieue. Ces paysages en mutations sont à l’image des bouleversements qui affectent nos milieux de vie et nos écosystèmes. Ce sont des miroirs qui reflètent notre illusion de pouvoir bâtir, sans savoir habiter.

Flow

2013 / HD / 08:45 

Cette vidéo explore notre rapport à l’eau, tout en soulignant son importance vitale et en évoquant les cas toujours plus fréquents de déversement industriel et de pollution aquatique.

Déraciné

2012 / HD / 10:45

Les changements technologiques récents ont transformé les milieux naturels et ruraux en produisant des environnements factices, uniformes et de plus en plus pollués. Déraciné sonde ces territoires façonnés par l’homme pour y déchiffrer les rapports qu’il entretient avec son environnement et mettre en évidence ses modes d’existence. Porteuse d’une critique écologique et urbanistique, la vidéo explore quelques périphéries de villes d’Amérique du Nord. D’une agglomération à l’autre, ces lieux de nulle part se ressemblent étrangement. Leurs espaces trop vastes, sans consistance et standardisés produisent un sentiment de malaise. Les bouleversements urbanistiques peuvent métamorphoser le plus familier des coins de pays en un lieu méconnaissable, anonyme et même hostile. Sur cette tabula rasa, la mémoire locale est à jamais effacée.