UNE VIE SANS HISTOIRE
2012 - 2013
Ces oeuvres ont été réalisées dans le cadre du projet « Québec Décapé » de l'Espace F (Matane, Québec).

Je découvre Le Quartier Dix30 et les développements immobiliers qui l'entourent lors d'un tournage vidéo à Brossard en 2008. C'est la fin novembre et il fait un froid glacial; les panoramas désolés que je contemple semblent d'autant plus inhospitaliers. Je les capte, sachant que ces paysages éphémères disparaîtront d'ici quelques mois. Ces chantiers et ces friches sont ambigus: ils nous montrent encore ce qui était là avant, tout en augurant de ce qui viendra. Cet entre-deux m'intéresse depuis toujours, car il témoigne des bouleversements qui affectent les habitats. La mutation de ces territoires périurbains transforme irrémédiablement la dynamique de nos milieux de vie.

De 2008 à 2013, j'y retourne quelques fois pour documenter leurs métamorphoses. Chemin des Prairies, les terres agricoles laissent la place à un champ d'habitations. En périphérie de Montréal, 32 000 hectares de terres agricoles sont ainsi disparus au profit des développements immobiliers. Sur ces sols fertiles poussent aujourd'hui des maisons luxueuses, dites « de prestige » et que l'on qualifie souvent de « Monster homes », « McMansions » ou de « Starter castle ». On y retrouve les projets Village parisien et Portes de Londres; leurs rues sont affublées de noms comme « Limoges », « Liverpool », « Lausanne », « Lugano »... On peut se demander quel rapport cela peut avoir avec la culture locale (enfin, ce qui en reste). Entre 2003 et 2011, quinze maisons patrimoniales ont été démolies. De cet héritage dilapidé, seule la maison de Monsieur Brossard subsiste. Contrastant curieusement avec son entourage, elle est enclavée au milieu d’une série d'immeubles à condos identiques. La vie paisible des habitants du coin est, elle aussi, chose du passé, l'arrivée du vaste méga complexe commercial DIX30 ayant augmenté la circulation automobile de façon significative. Plus récemment, de nouveaux problèmes font leur apparition: îlots de chaleur, gangs de rue...

Je me revois en 2008, à la brunante, filmant par la fenêtre du cool ALT Hôtel. Ces lieux ressemblent à tant d'autres... Je me sens un peu en banlieue de Denver, d'Omaha, à Lorraine ou Repentigny... Inévitablement, je croise ce territoire de « nulle part et partout »... Pourtant une autre Amérique existe et elle est encore possible.